Farscape RPG
Rebienvenue parmi les vivants...

Maintenant prend toi une pelle et creuse comme tout le monde!

Farscape RPG

Frell! Enfin un forum RPG de Farscape!
 
AccueilPortailFAQGalerieCalendrierRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tant qu'à être dans le flood...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28, 29, 30  Suivant
AuteurMessage
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Sam 23 Avr - 10:09

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Sam 23 Avr - 10:09

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Sam 23 Avr - 10:33

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeth'Phir

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 04/02/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, QC

Personnage
Niveau: 3
Control:
26/26  (26/26)
Wounds:
36/36  (36/36)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Sam 23 Avr - 12:15

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Sam 23 Avr - 12:46

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeth'Phir

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 04/02/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, QC

Personnage
Niveau: 3
Control:
26/26  (26/26)
Wounds:
36/36  (36/36)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Sam 23 Avr - 14:54

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Dim 24 Avr - 6:20

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Dim 24 Avr - 7:45

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeth'Phir

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 04/02/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, QC

Personnage
Niveau: 3
Control:
26/26  (26/26)
Wounds:
36/36  (36/36)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 1:31

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 9:25

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeth'Phir

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 04/02/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, QC

Personnage
Niveau: 3
Control:
26/26  (26/26)
Wounds:
36/36  (36/36)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 14:13

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Varlan
Council member
avatar

Messages : 990
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 14:54

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 15:24

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 16:35

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 16:39

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 21:02

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Lun 25 Avr - 21:06

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Varlan
Council member
avatar

Messages : 990
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Mar 26 Avr - 0:50

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Mar 26 Avr - 6:43

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Mar 26 Avr - 6:56

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des pieds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Mar 26 Avr - 6:58

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des pieds chromés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeth'Phir

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 04/02/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, QC

Personnage
Niveau: 3
Control:
26/26  (26/26)
Wounds:
36/36  (36/36)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Mar 26 Avr - 11:31

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des pieds chromés.

Btref,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Mar 26 Avr - 11:35

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des pieds chromés.

Bref, mon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormund

avatar

Messages : 364
Date d'inscription : 19/06/2010
Age : 27
Localisation : Drummondville

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
9/9  (9/9)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Jeu 28 Avr - 5:12

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des pieds chromés.

Bref, mon illusoire


Dernière édition par Jormund le Jeu 28 Avr - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dels

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 17/11/2010

Personnage
Niveau: 1
Control:
6/6  (6/6)
Wounds:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   Jeu 28 Avr - 9:32

*You seemed to have a bug*

Une maladie affectait une personne dont le syndrome était la perte de chaussures et, en oubliant ses clefs, il se vit forcé de troquer ses pantalons afin de pouvoir enjamber le muret qui gagnait en ampleur. D'une main molle et moite, voire suintante de liquide brunâtre provenant d'une erreur de comportement très équivoque, la querelle commença.
Cette lutte pour vendre son ford 1950, qui avait des odeurs encore fortes de lait, pouvait encore chavirer de dernière inspiration alors qu'ils entraient en contact permanent, simplement, avec d'autres trous. C'était une chute intentionnelle, préméditée et calculée que certains nommeraient déplacée, voire infantile. Les cristaux dansant, affilés maladroitement sur du marbre érodé par mégarde, s'enfonçaient par dizaines à des profondeurs insondables que leurs habiles chute capillaire mettaient largement, ce côté-ci, de biais. Alors, dans ce contact archaïque, fatal à son pacemaker, il s'écria :
- Hante quelqu'un à l'autre extrémité intersidérale et lache ton chat! Tes enfants n'auront pas mal si tu laisses s'agglutiner la mortalité autour de Joseph...
- Qui?!
- Tu sais, celui qui mangeait mon avion 1944 en grignotant l'hélice et buvant l'huile de mon ford!!!! Quel avarie que ce sale enfouaré...
Dit-il avant de s'enfoncer dans la mort, une chaussure verte insérée en catimini dans sa poche pleine à craquer. Ses fleurs fanées serviront à manger de petits macchabées incongrus et chaleureux de leurs miteuses manies, accompagné de délectable jus de frein-moteur interstellaire. Son palais abyssal, dénué d'intérêt pour Meniel, donnait l'impression d'ombres mobiles attaquant puces par induction de vide et de vides induits par les puces, dont il ne percevrait plus la famine. Au minimum, son vieux ford pourrait contenter l'autre juron refroidi avec un condom au pommes bâillonné sans plus de conviction autour d'une bière velue, délicieusement présentée dans une enveloppe aux arômes cadavérique. Ce qui n'était pas qu'une copie imprimée malencontreuse comme certains nouveaux catalogues débiles, sans contrefaçon donc, sans petit nouveau, rabougris et marron...

Je ne raconte que sottises, inepties expulsées par voies nasales infectées. Nous, personnes affectées de multiples syndromes en lien direct avec les chaussures, nous pourrons peut-être pisser violemment à tord et au travers de diverses cochonneries anales, vidant la laine écossaise de facture élimée...

Sortant du cul émasculé de centaines de façon, le vin de liquide aromatisé d'un jus aromatique, il se dit que son muret ne tenait plus que par de minces élucubrations juvéniles. Tous badigeonnent inutilement leurs espérances publicitaires sur des ossements de narvals du Liberia. La laine crasseuse, donc, possiblement policière et je ne sauverai pas tous, patate!
Écosse, pays pluriel du ciel mourant, étouffé par le poil bleaché avec du vinaigre de vin d'agrumes. Fameux liquide crémeux aux tapis citronné qui se tortille le reflet au fond du baril rouillé de partout. C'est une bergère aux yeux caramels, qui broutait à l'improviste une baleine borgne, bicéphale et inadaptée à l'insurmontable ballotement pudique de son adorable intestin. C'était parmi l'intensité moutonneuse, voire brumeuse et incomplète, que la jeune baleine aperçut ses chaussures dans le Ford 1950 avant la mort. L'innocente continuité perverse de cette querelle sanglante allait certainement finir par dépasser la longévité de la statue non-figurative de chez un vendeur d'albatros muets. Ce ringard taxidermiste avait à réfléchir à des apôtres abrutis, peu bavards, mais biens musclés et gras dans tout leurs membres, mais encore, trapus, grisés et s'enfilant les uns les autres. Tout, ou presque, bref, une semi-totalité de tarés qui aiment se raser du poignet au genoux sans prendre le temps de papoter comme des parachutistes italiens cocus portant des collants bien huilés. Telles des pucelles affolées se gargarisant dans des baudruches poilues serties de jujubes rouges, il se mordit le bord de l'arcane afin de mieux questionner les dauphins qui fouraillaient dans la mer. Leur connerie était telle, personne défleuré, que quand ils se serrèrent les couilles, ils se retrouvèrent coincés comme des autruches dans une prison du Novlangue. L'énergumène qui s'engageait avec tout son phallus molaçon sur les voies intestinales de l'étrange noël du marchepied candide regardait une décapotable avec des pieds chromés.

Bref, mon illusoire rêve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tant qu'à être dans le flood...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant qu'à être dans le flood...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 27 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28, 29, 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith
» Tant pis, je n'veux pas plaire au pire, je préfère ton sourire dans un trou de souris
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.
» PC peu compétant ...
» Tant qu'il y aura des femmes... [PV Shy & Taki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farscape RPG :: HRP :: HRP-
Sauter vers: