Farscape RPG
Rebienvenue parmi les vivants...

Maintenant prend toi une pelle et creuse comme tout le monde!

Farscape RPG

Frell! Enfin un forum RPG de Farscape!
 
AccueilPortailFAQGalerieCalendrierRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Varlan Antigor (Background)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varlan
Council member
avatar

Messages : 990
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 27
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Varlan Antigor (Background)   Sam 2 Fév - 16:05

- Bouge pas p’tite Tralk!
La jeune Vorcarianne gémit. Elle se recroquevilla contre le mur faisant bruisser au passage les chaînes qui la retenaient. En ce moment elle aurait donné n’importe quoi pour que le don de pistage ait été accordé par les dieux aux mâles plutôt qu’aux femelles. En même temps, si elle n’avait pas été autant sous l’emprise de la panique, elle se serait sûrement fait remarquer que de toute façon, même si Farg’g, son compagnon, aurait eu son flair, il aurait eu du mal à la pister dans toutes les odeurs de la ville mal famé où ils étaient. En général pourtant les Nebaris étaient des gens très propres… Mais pas ce quartiers-là… Ce quartiers-là appartenait à la résistance. Si au départ elle n’avait pas compris pourquoi leur race considérait ces gens exubérants de bonté et de générosité bien que légèrement moins écologistes que la norme comme des psychopathes dangereux, c’est qu’elle n’avait pas encore eu le malheur de tomber sur le mauvais côté qu’une vie d’hystérie et de contradiction poussait certains d’entre eux à développer. D’une certaine façon elle devait s’avouer qu’elle aimait bien la force et l’arrogance de son tortionnaire. Il aurait fait un très bon mâle Alpha. Et en fait, il l’était. Lui et ses huit, non, cinq hommes tenait têtes aux forces de l’établissement depuis maintenant huit heures et même en prenant le temps de se relayer pour la violer, rien ne semblait pouvoir percer leur système défensif autour de l’immeuble. Celui qui venait de la frapper après sa tentative pour se défaire de ses chaînes prit l’amplificateur d’ondes et le plaça sur sa gorge avant de reprendre la parole. Sa voix amplifiée se répandant sur les fonctionnaires impuissants ramassés sur la passerelle quelques étages plus bas. Plus aucun d’entre eux n’osaient bouger depuis qu’une grenade à dispersion avait balayé leur dernière tentative d’entrée.
- Il me semblait pourtant avoir été clair! J’avais dit que toutes les deux arns j’exécuterais un otage si je n’avais pas une navette de transport prête à voyager et l’autorisation de partir. Vous dites que vous ne voulez pas de nous ici. Alors laissez nous vivre ailleurs comme on l’entend! Pour la liberté!
Quelle voix autoritaire, quelle force dans le regard lorsqu’il prenait action contre ses adversaires, quelle volonté inflexible, quel… Pulse pistol?

La navette taxi s’arrêta et Varlan en descendit. Sur tout autre planète, il aurait été étrange que la foule ne s’agglutine pas pour voir ce qui se passait ou pour contempler avec une admiration morbide les cadavres que les forces de l’établissement n’avaient pas finis de désentrelacer d’avec le sol en ferro-beton. Sur Nebari Prime, c’était autre chose. Les passants vaquaient à leurs occupations et pouvaient être fier de servir le bien supérieur. Ici chaque être avait sa place et savait la tenir. C’était pourtant simple. Sauf pour les rebelles… Ces dérangés qui s’obstinaient à adopter des comportements violents ou révolutionnaires. Évidemment avec la purification de pensées, la société moderne avait fait des progrès, mais l’on était loin encore des barèmes à atteindre… La perfection! Pour une race ayant survécu a dieu, on pouvait considérer un certain retard… Le négociateur de l’établissement s’avança sur les lieux, passa au travers du cordage de sécurité holographique et rejoignit le plus haut gradé sur les lieux.
- Alors?
- Ah! Conciliaire Varlan! Content de voir que l’établissement a pu vous envoyer jusqu’ici finalement.
- C’est tout naturel. Toute enquête pouvant me permettre d’atteindre une meilleure connaissance de l’ennemi commun ne peut être superficielle. Quelle est la situation?
- Nous avons un groupe qui dit appartenir a la résistance. Pour autant qu’on sache, ils sont 5, mais ils ont détourné les systèmes de défenses de l’immeuble et lui ont ajouté des armes à slug automatique. Ils tuent un otage toutes les arns sauf si on leurs apporte un moyen de transport hors système avec les codes d’autorisation requis.
- C’est sans importance. Les membres de la résistance ne tuent pas de sang froid. Ils hésitent à prendre part à des actes de cette gravitée. C’est contre leurs principes. Ça prouverait que nous avons raison de les éliminer.
Une voix déformée par le son d’un amplificateur leur parvient de deux étages au-dessus.
- Il me semblait pourtant avoir été clair! J’avais dit que toutes les deux arns j’exécuterais un otage si je n’avais pas une navette de transport prête à voyager et l’autorisation de partir. Vous dites que vous ne voulez pas de nous ici. Alors laissez nous vivre ailleurs comme on l’entend! Pour la liberté!
BLAM!
Le visage de Varlan ne trahit aucun changement dans son état d’âme, pas tellement moins que les visages de ces collègues dans les faits…

- Votre nom?
- Salis.
- Eh bien Salis, d’abord l’ennemi ne fait pas parti de la résistance même s’ils sont visiblement atteint de la même pathologie psychologique. Cessez donc d’essayer de les prendre vivants. Ensuite j’aurais besoin d’une connections au système de repérage visuel de l’immeuble et passez moi leurs fréquence comm.

Les yeux rouges de la Vorcarianne étaient plongés dans les profondeurs glauques du trou qui ornait la poitrine de la Nebari devant elle. Un grand trou noir duquel coulait un liquide bleuté. L’odeur du cadavre surchargeait ses narines et lui donnait mal au cœur. Pas dans le sens où cela lui dégoûtait mais bien par ce que cela lui rappelait depuis combien de temps, elle n’avait pas mangé. Elle sursauta lorsque quelqu’un cogna à la porte. Autour d’elle les criminels se jetaient des regards inquiets. Personne n’aurait du pouvoir franchir leurs lignes de défense. Une voix inconnue retentit au travers de la porte.
- Oui, j’ai passé vos lignes de défense et je sais que vous n’avez plus que trois otages. Je sais aussi que je suis votre seule chance de partir de cet immeuble vivant parce que :
1- Vous n’avez de la chackan oil que pour 25 coups.
2- L’immeuble est encerclé.
3- Je suis disposé contre une certaine somme d’argent à vous laisser ce que vous demandez. Vous voyez? Nous ne sommes pas si différent vous et moi! Possédez-vous 900000 cps?
La Vorcarianne suivait avec les ravisseurs leurs regards interrogateurs vers leur mâle Alpha sur la marche à suivre. Apparemment aucun d’entre eux n’avait la somme exorbitante demandée par le Négociateur. Lorsque le chef des ravisseurs se décida enfin à répondre, il brisa un silence créé par l’attente de tout un chacun de réentendre à nouveau la voix de l’autre côté de la porte où quoi que ce fut révélant la présence de ce qui s’y trouvais.
- 900000! C’est trop cher. Avec ça vous ne rachetez pas la vie d’aucun des otages!
Un des nebaris, celui évaché sur le divan qui regardait lui aussi le trou dans la poitrine de l’autre otage avec un air contrarié approuva vaguement la remarque de son chef. Le silence dura encore un peu puis…
- Dommage… Moi j’aurais bien aimé traiter avec vous mais…
- Non! Attendez!
- Oui?
- 400000 cps! Et vous repartez avec les deux otages de votre choix!
Une fois de plus le silence s’épaissit dans la pièce comme un gaz les étouffant lentement. Victimes comme tortionnaires sentaient leurs cœurs battre dans leurs poitrines.
- Pour ça il faudrait que je vois la marchandise de plus près…
Le mâle alpha fit signe à celui du divan de se lever pour aller ouvrir la porte, mais ce qui se passa alors fut trop rapide pour qu’aucun des occupants de la pièce ne le saisisse. L’homme qui se tenait derrière la porte armes aux poings profita du cours laps de temps ou celle-ci fut ouverte pour descendre les trois otages restants, puis disparaître de l’autre côté du corridor. Les 5 criminels savaient très bien ce que cela signifiait. Varlan redescendrait, dirait que les otages avaient été tués lorsqu’il avait atteint l’étage et puisque personne n’aurait de preuve inverse, ils serait condamné soit à la purification de pensée soit à la mort, quitte à devoir les faire exploser avec leurs buildings. Coûte que coûte et comme une seule conscience, ils sortirent de la pièce pour se venger de celui qui venait de leur coûter un plan préparé de longue date pour partir voir l’univers.

Le plasma fusait de toute part. 25 coups. Il n’avait qu’à tenir 25 coups en redescendant les étages. Mais c’était plus difficile qu’il n’y paraissait lorsqu’on essayait de rester dans les angles morts d’un système d’armement automatique… Même si celui-ci posé par des amateurs l’avait laissé passer une fois. Malheureusement il n’avait pas réussi a avoir la fréquence comm des criminels. Sans cela il aurait pu passer dans les corridors de façon totalement naturelle l’armement le prenant pour l’un des ravisseurs. Dommage. Ça y est, il approchait de la sortie, il allait pouvoir se retourner et tirer en choeur avec les autres membres de l’établissement sur ceux qui sortiraient a découvert guidé par leurs rages. Ces être sentant était toujours si pré…
Une brûlure à la base du crâne, à gauche…
Le sol.
Plus rien…

- Conciliaire Kinea?
- Oui?
- Vous dites donc que tuer est parfois dans l’ordre des choses?
- Oui, c’est exact.
- Mais je croyais que tuer requerrais des pulsions violentes qui ne se retrouvaient que chez les monstres de la résistance…
- Les membres de la résistance ne sont pas a proprement parler des monstres… Ce sont simplement des gens qui ne peuvent pas supporter l’idée de n’être que l'un des engrenage essentiels permettant la marche de l’établissement pour le bien supérieur.
- Vous n’avez pas répondu à ma question sur le meurtre!
- Peut-être que votre fascination pour le comportement étrange des membres de la résistance est suspecte Varlan… Avez-vous déjà songé à la purification d’esprit? Si ces idées de morts vous excitent c’est ce qui vous attend.

Il sentait à la fois les odeurs de ce jours-là à l’école, mais aussi une odeur étrange comme celle d’un air recyclé et aseptisé… Et du désinfectant aussi… Un centre médical? Sa vue mettait étrangement beaucoup de temps à revenir à côté de l’ouïe et de l’odorat.
- Avez-vous déjà songé à la purification d’esprit?
Encore confus Varlan préféra ne pas répondre… Cette voix était-elle celle de son ancienne professeur qui maintes fois lui avait fait passer des tests de stabilité émotionnelle après certaines de ses questions un peu en avance sur son âge.
- J’espère que vous vous rendez compte qu’ainsi vous ne seriez pas dans la situation présente. Nous savons ce que vous avez fait à l’hôtel lors de votre dernière mission. Vous n’avez pas à vous inquiéter. Nous savons que c’était pour le bien supérieur. Cependant votre comportement raisonnablement désaxé vous vaux d’avoir en ce moment des lésions cérébrales permanentes.
- Mes yeux?
- Votre vue reviendra, mais il s’agit du seul centre que nous ayons réussi à recréer par clonage. Le reste est trop endommagé pour pouvoir refaire les connections nerveuses…
Par réflexe Varlan s’agita de ton son corps contractant chacun de ses muscles. Il fut rassuré de sentir le lit tanguer sous lui.
- Oh, Désolé de vous l’apprendre, mais vous êtes attaché. Votre comportement durant votre coma à été plus ou moins… Chaotique. Votre cerveau n’as pas été tant endommagé ne vous inquiétez pas. Quelques semaines de rééducations devraient suffire à vous ramener un niveau de vie normal. Pour ce qui est de votre entraînement spécial cependant il faudra peut-être plus longtemps. En attendant je dépose au pied de votre lit votre prochain ordre de mission. Je crois que le but de celle-ci pourrait vous intéresser. Un Léviathan en orbite vous attend et partiras dès qu’ils vous auras à son bord. Mais évidemment vous voyagerez incognito. L’établissement est fier de vous!
- Pour le bien supérieur…
- Pour le bien supérieur effectivement.
Sans plus de palabres diplomatiques la voix quitta la pièce avec l’écho de ses pas. Sa vue revenait déjà à mesure que les toxines quittaient son organisme. Par dossier intéressant, il se doutait déjà que cela aurait un rapport avec les meurtriers de sa mère… Il était proche maintenant… Tout proche…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
 
Varlan Antigor (Background)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BACKGROUND] Karak Azgal
» "Background"
» Un Background qui bouge !
» Background des Villages
» Background de Hulin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farscape RPG :: Trough the looking glass... :: Création de personnage-
Sauter vers: