Farscape RPG
Rebienvenue parmi les vivants...

Maintenant prend toi une pelle et creuse comme tout le monde!

Farscape RPG

Frell! Enfin un forum RPG de Farscape!
 
AccueilPortailFAQGalerieCalendrierRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les chroniques de la jungle en ferrobéton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varlan
Council member
avatar

Messages : 991
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 28
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   Jeu 10 Juil - 9:51

(9 juillet 2008)
Part 1 - Astro / Jack the Ripper


I’m walking down the street, late at night.
Jack the ripper…Jack the ripper.

Fools little gold and suffer here.
Jack the ripper…Jack the ripper.

Hey…peck and lonely
"Let go o' me"
I said “let go o’ me”
Got by me, back and forth and almost got me.
Jack the ripper…Jack the ripper.


J'arrive dans la grande poire pourie du québec : Montréal, la jungle en ferobéton. Évidemment comme dans toute bonne série de S-F le plan A n'as pas marché. Aussi bien donc appeler cet entry Plan B.

J'arrive à Beri-uquam et tout de suite la panique, la bus est en retard! En plus j'ai envie de pisser depuis la moité du traget. C'est ainsi que deux pepperoni de jerky dans le ventre seulement depuis le matin je me met en quête de trouver une salle de bain ou je pourrai du même coup prendre ma petite Doris sans être vu question de me rappeler la sation de metro où je dois me rendre et le numero de cell de Mario question de l'appeler comme prévu. Sauf que comme le Phil que vous conaissez tous je dépasse la première et je m'en rend compte après... Trop la flemme de me retourner comme une saleté de toursite je descend... Mais je me fais aborder par un clochard qui me dit vouloir rentrer chez lui plus tôt que prévu et qui me vend sa carte de metro à rabbais. Je suis pas con, je sais bien qu'il l'as trouvé sur le sol. On ne mendit pas avec un verre de burger king coupé pour rentrer chez soi quand on peut vendre sa carte de metro! Sauf que voilà il me fait un rabbais de 8$ alors...

Alors je l'achète. J'ai envie de pisser, je trimbale deux valises, et de toute façon j'ai besoin d'une carte de metro, alors j'espère que la sienne marche.
"Ouais génial ça marche!"
Sauf que comme un con maintenant je suis dans le résau de metro et y'as pas de toilettes là! Tant pis. Trop tard. J'embarque dans la première ramme et je sort mon portable. Merde je suis sur la ligne orange! J'allume je remballe je sort, je reviens sur mes pas en ayant tout juste le temps de prendre en note sur un papier plus discret le numero et la station ou je dois me rendre. Je réfléchi, puis décide finalement de noter aussi la direction.
Inutile de débarquer en pleine fête au quartier gay... encore.

Préfontaine me voilà! Je sort toujours avec mes encombrantes valise et mon parapluie. Quoi j'avais pas mentioné que je débarquais a montréal avec un sac, a dos une valise, un paraplui tenue en canne à l'anglaise et mon traditionel coat à queue, chapeau melon et lunettes de jhon lenon mauve?
J'apelle Mario, pas là... Je laisse un message. Rapelle-moi au... merde ça se fait juste à new york rapeller à une cabine publique.
Je cherche, il m'as dit que son char serait là. Non, tant pis.
Attend une minute! Attend une fucking minute!
C'est un cell, il peut pas pas être là!
Un autre 50 cent plus tard Mario est retrouvé. Bon, je retourne dans le metro et je souhaite qu'on seras pas trop en retard pour Sukiyaki western Django à cause de moi.

Si Izz aurait été là il aurait appelé ça l'énergie. Je préfère en recourir à la chance légendaire de Phil pour les trucs pas vital. On arrive a fantaisa pour apprendre qu'un imbécile à coupé le mauvais fil dans les réparation du metro et que y'as plus de courant au festival. Ça nous mettra un peu serré pour l'avant-première d'Hellboy 2, mais on finit par voir le film.
Le début fait peur, mais je suis sûr que ça deviendras au moins un aussi grand classique que returner ou RRRrrr!!!
Sauf que le film finit trop tard. Nous voilà 29 minutes en retard pour l'avant-première. On court comme des défoncés, je me perd un peu dans cette jungle en ferrobéton. J'ai le sentiment d'être un shaman raton-laveur qui sort de sa prairie pour la première fois et se ramasse a seatle.

Et devinez quoi?

Lui aussi a comencé en retard. On est entré comme ils fermaient les lumières XD!

Après on est rentré chez Mario sous la pluie. Il essai de me déperdre, mais c'est grand ici. On dirait le vrai monde. Le truc, il paraît, c'est d'entrer dans un autobus et de retrouver le metro. En plus demain je vais pouvoir me promener tout seul un peu partout parce que c'est les examens de l'école du showbiz et que bon... Mario si formidable qu'il soit ne sait encore pas être à dix endroit en même temps. Seulement 9. C'est suffisant quand on est metteur en scène.
Quelques pipées plus tard (et une toilette! Enfin!) me voilà en train de faire l'étoile sur un divan lit dans l'air climatisé qui est la bienvenue après la canicule de la grande poire. Le lapin a mes pieds est supposé être bruyant, mais je pense que lui aussi il a chaud.

Allez-hop, dodo, demain seras grandiose.
Restez branchés!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Varlan
Council member
avatar

Messages : 991
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 28
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   Dim 13 Juil - 3:28

(10 juillet 2008)
Part 2 : In a gadda da vida

In-a-gadda-da-vida, honey,
Dont you know that I love you?
In-a-gadda-da-vida, baby,
Dont you know that Ill always be true?

Oh, wont you come with me
And take my hand?

Oh, wont you come with me
And walk this land?

Please take my hand!


Dans ce numero :
1- Trucs suplémentaires pour se retouver à montréal
2- Quest item obteined! (insert RPG sound here)
3- Darling I'm home!
4- Secret to unlock
5- A drift in tokyo
5.5 - Le corset de Madona
5.5.5 - Référence fumiste foireuse à Izz (Insert "I love you" here)
6- 10 choses à ne pas faire dans le metro
7- Chapter six!
8 - End of day 2



C'est la pipe entre les dents sur la terrasse de Mario que je rédige cette seconde chronique de la jungle en ferrobéton, encore grisé par la libertée de marché dans ce musé sans fin qu'est Montréal. Pour ceux qui suivent l'histoire, bon retour... Pour les autres :
- Cette chronique est meilleure consomé froide
- Cette chronique est vendu piles séparément
- On ne doit pas imprimer cette chronique pour frapper les gens avec (Ça peut faire très mal! Sérieux!)
- Il est préférable de passer au bar pour comander la partie 1 avant de dévorer cette chronique.

1- Trucs suplémentaires pour se retouver à montréal
Comme je l'ai dit plutôt, aujourd'hui était mon Such a Lonely day. Et contrairement à ce qu'un certain groupe populaire pourrait craindre d'une telle déclaration, it wasn't so bad. La journée à commencé comme toute les journées devrait commencer. C'est à dire, par une bonne nouvelle (Je suis pas déconnecté d'internet durant mon voyage), un café tout chaud prêt à consommer avec son kimono en soie sur le dos et un plan de jour, qui évidemment, comme dans toutes les séries de s-f, n'auras servi qu'à combler un épisode. Contentons nous de dire que j'ai regardé un DVD complet de preview mon horaire de fantasia en mains pour finalement ne pas aller voir le film que j'avais spotté. En même temps on est dans un chapitre pour touriste perdu alors...

Disons simplement qu'avec ma fabuleuse mémoire de poisson bleu j'ai rapidement oublié et confondu la direction que m'avais donné Mario pour trouver la sation de metro la plus proche. Selon toutes attentes je suis partit dans la direction totalement opposée. (Poisson bleu fait référence à ce joli collectible en plastoc que j'ai reçu pour ma fête le 8 à l'effigie du poisson dans trouver Nemo. J'essaie encore de ne pas trop y voir de critique... Merci quand même soeurette... ) Ce qui m'amène aux deux points suivant :
- Montréal à été conçue de façon a ce que ses achitectes déments ait l'air brillant en pouvant indiquer leur chemin à n'importe qui. Pour peu que vous soyez observateur vous vous rendrez rapidement compte que certaines rues et certaines stations de metro ne partagent pas que le nom. C'est ainsi qu'après une ou deux heures à marcher dans la mauvaise direction sur la st-chaterine j'ai croisé la rue frontenac et ait enfin pu trouver un metro pour me rendre à Mont-royal. Je tient aussi a démentir l'affirmation selon laquelle il y aurait un mont ou quoi que ce soit de royal à mont-royal. Je n'ai vu aucun monts, et la quantité de boutiques du quartier me pousse à le rebatiser Plat-bourgeois. Ne vous en déplaise.
- Montréal est une île. (Hé oui... au moins une légende urbaine de vraie.) Mais là n'est pas mon point. Mon point est que c'est suffisement petit pour que si vous marchez sur la même ligne droite vous finirez par retrouver le bord de l'eau avant que le soleil ne se relève. Ce n'est pas très utile, mais c'est tout de même vrai.

Le troisième truc pour se retrouver à montréal ne m'est apparu qu'à mon retour ce soir. Quand j'y suis passé la première fois (en revenant par la bonne station) j'ai découvert qu'ici on ne met pas ses vidanges au bac noir. Non. Ici on met ses vidanges dans la rue question de participer à un rites sacré qui pousse à répendre une odeur de viande pourrie au soleil. Ça c'est la première idée qui m'as passé par la tête. Ma véritable découverte est que, si on as le nez pas trop déficient... (Ok on parle de mon nez... je recommence). Si on as un nez, on se rend assez vite compte que les différentes zones de la ville ont différentes odeurs. Donc si je part de Préfontaire pour revenir à la base Alpha, je devrais selon toute logique passer dans une rue qui sent la charogne durant deux patés de maison.
Partique n'est-ce pas?
Comment ça je me plaint? Mais pas du tout! Je suis ici pour vivre de nouvelles expérience et celle-ci m'est chère autant que les autres.
Ah tient... ma pipe est vide... triste.


2- Quest item obteined! (insert RPG sound here)
En sortant sur le plat je me suis mis en tête de passer à la boite noire. Question de voir s'ils n'auraient pas LE quest item maudit de la quest interminable. Sauf que le type qui m'as dit c'était où m'as envoyé dans la direction de son ancien emplacement. Si je ne m'était pas fatigué de marcher en ligne droite je n'aurais jamais trouvé l'endroit. Sans le savoir cependant je me dirigeais tout droit vers le valet de coeur. LA boutique de RPG et de jeux de stratégie au québec. Enfin... l'égal de l'immaginaire sans les B.D. Tout ça pour dire que si on m'avait qu'il existait autant de jeux de rôles cyberpunks je l'aurait pas cru. Je me sens tout petit avec mon shadowrun a moitié appris. C'est comme si je ne savais qu'une demi langue et qu'on me plaçait dans une chambre emplie de poètes français et arabes.

Donc trois ou quatre informateurs plus tard je suis remonté vers la rue mont-royal ou se trouve maintenant la boite noire. (Hé oui, j'était passé en face sans la voir... N00b oui je sais) J'y suis arrivé pour me rendre compte que pour une fois que quelqu'un classait ses DVD pour les acheteurs j'en conaissais pas assez en réalisateur pour me retrouver. Autant pour moi. De toute façon ça ne m'aurait pas servi à grand chose quand j'ai fini par trouver le quest item il était dans un bac de film de ... herm... enfin vous voyez ce que je veux dire?! Bref je l'ai levé au dessus de moi sous les yeux ébahi du vendeur en disant :
- Phil received RRRrrr!!! Ta-da-da-daaaaa!!!!
Alors Sam, tu n'auras plus besoin de nourir les employés des video-club environants. Merci qui?
J'ai même trouvé Casshern qui trainait dans le backrow.
Prix pour la peine : 45$ Foutue ville qui cherche à rouler les touristes.
Pour ceux qui aiment les descriptions, la boite noire c'est Disque et Rubans internationals en six (ok trois) fois plus larges avec une cave en plus.
Et pour ceux qui ne conaissent pas drummondville... Oubliez ça...


3- Darling I'm home!
Ensuite je suis rentré à l'appartement. C'est là que j'ai eu la première idée sur les odeurs. J'ai écouté Casshern bien tranquillement en me rendant à l'évidence que finalement je n'avais pas perdu ma carte de metro... je l'avais simplement oubliée avant de partir. Puis Mario est rentré et j'ai eu droit à un historique de Fantasia. Le shobiz n'est pas exactement ce que l'on pense de l'intérieur. Mais je ne m'étalerai pas trop la dessus parce qu'on est sur le net.
C'est aussi là que j'ai appris que la fille de Mario n'as que 15 ans.
Alors à tout les fans qui attendaient un passage romantique... Ben allez voir ailleurs.

4- Secret to unlock
Retour à fantasia. Mario m'as parlé d'un ami Geek God qui a un appartement mystique. Il ne veut pas me dire pourquoi. On devrait en savoir plus d'ici la fin de la semaine.

5- A drift in tokyo
Avez-vous déjà eu envie de rentrer dans une salle totalement at random pour vous ramasser dans un cinema? Je l'ai fait. Avec ma passe V.I.P. autour du cou je me suis dirigé, un peu sonné par la démesure des choses, suivant la foule le regard éteint. Avant que je ne m'en rende compte j'était assis, le film commençait, et je n'avais aucune idée de ce que je foutais là.
Le hasard fait bien les choses.
Si ça continue comme ça un paquet de film vont sortir de mon top 50. A drift in Tokyo raconte l'histoire d'un homme qui à 840 000 yen de dettes. Au début du film un type arrive et lui fait bouffer son bas lui expliquant poliment que c'est ce qui arrive quand on ne paie pas ses dettes. Puis voyant que c'est un pauvre type fini, il prend pitié et lui retire ses cartes d'identité pour lui donner deux jours de plus.
Deux jours plus tards, il n'as toujours pas l'argent. L'homme revient et lui propose un marché :
- Je vais te donner un milion de yen. En échange tu vas venir prendre une marche avec moi dans tokyo. Ça peut durer une heure, un jour, un mois. Tu vas me suivre, c'est tout.
Il se trouve par la suite que cet homme a accidentellement tué sa femme et planifie de se rendre à la police. En chemin, il fait réaliser au jeune plouc qu'il n'as pas vécu, qu'il n'as pas d'endroit à lui, pas de souvenir auquel s'accrocher. Et sans qu'il ne s'en rende vraiment compte le pauvre type apprend à ses dépend à vivre et à aimer la vie. Un must.

5.5 - Le corset de Madona
Après le film comme j'avais faim je me suis rendu au Hard Rock café pour manger le plat du nom d'une rockstar totalement inconnue. Le Hard Rock café c'est un mélange de musé et de restaurant. Donc, après m'être fait placer entre le corset de Madona et une affiche originale de Led Zepplin (sans compter un paquet d'autres artefacts farfelus), un type dont la veste comportait plus de pins que ne pourras jamais en contenir la tuque de San est venu me servir. Un service impeccable, de la bouffe incroyable... Des drinks un peu trop cher, mais ça restait un bon marguarita... Quoi que ça ait été mon premier Marguarita...

Et aussi la découverte que mes parents avaient tout de même essayé de m'apprendre une chose utile dans la vie. On ne doit jamais acheter de dessert dans un restaurant. Encore moins dans un restaurant chic pour touristes. 15$ pour deux minuscules boules de sorbets servi avec une branche de persil!!!!!!!!
Ok à ce prix là j'avais le droit à un verre à bière aussi... (Que vous aurez peut-être bien la chance de voir.)


5.5.5 - Référence fumiste foireuse à Izz (Insert "I love you" here)
J'ajoute aussi en post scriptum que ça fait bizarre de manger dans un resto chic ou on passe des videocilps de Rob Zombie, Ozzy osbourne, ainsi qu'une multitude de hit qui semblaient tout droits sortis de la liste de lecture à Izz. Avec la qualité de mon repas, si ça m'avais pas couté presque tout ce qui me restait de fric, ça serait un peu comme avoir mangé à la maison. (La maison c'est là où le coeur réside.)

D'ailleurs j'aimerais remercier Gaet sans qui cette journée se serait passé sans écouter In a Gadda da vida plus de 20 fois. Superbe trame sonore de mon aventure.

Et à Izz qui disait que parfois le random fait bien les choses. J'était en train découter "Bad dog, no biscuit" de la trame sonore de l'épisode de Cowboy Bebop où ils courent après un chien, au moment ou un homme est passé en courant après sa femme avec des papiers de divorce. Ou alors Metro de system of a down qui part lorsque le train débute sa randonnée. Étrange n'est-ce pas?

6- 10 choses à ne pas faire dans le metro
Quelques petits conseil d'ami.

1- Il ne faut pas fixer les gens dans les yeux pour essayer de deviner ce qu'ils pensent, c'est pas poli et ça pourrait les mettre mal à l'aise. (Trop tard)
2 - Il ne faut pas s'asseoir sur un siège sans regarder (Des fois y'as du liquide bizare dessus)
3- Il ne faut pas être deux personnes sur la même marche d'un escalier roulant. (Ça bouche le traffic)... (trop tard)
4- Il ne faut pas répondre au commentaire des gens. (Tout le monde se parle tout seul dans le metro... ou alors ils ne disent rien du tout)... (trop tard)
5- Il ne faut pas entrer at random dans un train parsqu'on est pressé. (On pourrait se ramasser dans la mauvaise direction)... (trop tard)
6- Il ne faut pas écouter sa musique trop fort avec son Ipod. (Les gens pouraient demander de monter encore plus le volume pour mieux entendre).
7- Il ne faut pas se suicider. (Ça ralentit tout le monde pour rien)
8- Il ne faut pas sortir sa carte de metro lorsqu'on quite. (Ça sert juste à avoir l'air outsider)... (trop tard)
9- Il ne faut pas danser en attendant le metro. (Un 25 cent en pleine geule ça fait mal)... (Trop tard)
10- Il ne faut pas chanter sweet dreams de Marylin Manson en costard en marchant rapidement dans un escalier roulant pendant que des latinos prennent les marches normales juste à côté. (Je sais, c'est vraiment très amusant, mais ça pourrait nuire à votre avenir.)

7- Chapter six!
Première représentation de Mushroom Kingdom dans une rue. La police à apprécié. Faudrait revenir avec le band complet un de ces jours, ça ferait un carton. C'est aussi là que j'ai appris que ma première idée sur la théorie des odeurs était fausse, les quartiers ont tous leur odeur particulière. Par exemple, près de la base Alpha, ça sent bon.

8 - End of day 2
Une petite soirée tranquille avec un peu de tabac, de conversation, et de gens qui se termine sur RRRrrr!!!

Bon elle était un peu longue celle là. J'écrirai une chronique plus courte demain pour ne pas faire peur aux illettrés et aux analphabètes. C'est pas leur faute quand même...

_________________


Dernière édition par Varlan le Dim 13 Juil - 4:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Varlan
Council member
avatar

Messages : 991
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 28
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   Dim 13 Juil - 3:31

(11 juillet 2008)
Part 3 : 672

672...
672...
One day they'll find about you too...


Aujourd'hui grand sprint à Fantasia. On as regardé trois film et un cinquième. Aucuns futur classique aujourd'hui.

La journée s'est finie sur un grand chapitre showbiz, conclusion de Mario étant que si j'arrive a faire sortir un film de s-f au québec qui seras connu ailleurs dans le monde je serrai un dieu.



Ne suis-je pas déjà un Geek God?



...
Ok, toute modestie à part ce seras pas facile. On a un pays de merde pour développer des trucs durable en art et on arrête pas de se tirer dans le pied. Il serait temps que les québecquois arrête d'avoir honte d'eux-même!
De plus, sans une coopération étroite entre le canada et le québec pour produire du cinema, on pourras jamais atteindre la taille d'Hollywood. Que dis-je, si on franchiit la taille du cinema Éthiopien on seras chanceux...
Allez, nommez-moi un réalisateur suisse sans aller sur IMDB pour le fun?





(Ps : J'avais dit que ce serait court.)

_________________


Dernière édition par Varlan le Dim 13 Juil - 3:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Varlan
Council member
avatar

Messages : 991
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 28
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   Dim 13 Juil - 3:31

( 12 juillet 2008 )
Part 4 : Clint Eastwood.

I'm ain't happy, I'm feeling glad
I've got sunshine, in a bag
I'm useless, but not for long
My future, is comming on...


Vous êtes vous déjà demandé comment ça se faisait qu'on inventait rien qui ait crevé la surface au Québec? Comment se faisait-il que la France qui pourtant nous a enfanté est incapable de se rappeler le jours du 400ième de Québec qu'il s'agissait de la fête de la ville et non de la province? Une mythologie historique et légendraire pauvre. Voilà notre secret. Voilà notre honte.
Désolé... encore sous le choc de mes révélations d'hier...
C'est comme ça que j'ai timidement écouté le jour de la bête (Un prêtre qui fait un trip de mush va passer la nuit à tenter d'empêcher l'apocalypse avec l'aide d'un présentateur télé bidon et d'un black metaleux.) Tout de suite après, Mario revenait et on était repartit pour voir le troisième Deathnote. Ce qui n'est pas tout à faitement exact parce qu'on y parle pas vraiment de Deathnote. Mais c'est quand même "L change the world". (Jolyane, tu ne l'aimeras pas. Personne est fou ni veut tuer tout le monde dedans... c'est dommage pour toi... )

Inspiré par notre conversation d'Hier nous avons continué dans notre trip de grande conversation politico-socio-culturelles avec un autre assidu du festival dont je ne me rapelle pas le nom. Ce qui est dommage parce qu'à part Mario c'est présentement la seconde personne avec qui je m'entend le mieux à montréal. Faute d'avoir acheté l'algérie sur ebay, j'aurai appris beaucoup de choses aujourd'hui. Évidemment à parler comme on le faisait pipe et tasse de café dans les poing, on as jamais vu le temps passer. Si bien que finalement on est pas allé bouffer Thaï. On s'est plutôt rabattu sur un petit bistro sympa du coin de l'imperial (Un cinema) ou on allait voir quelques minutes plus tards : Bienvenus chez les Ch'ti.
Mesdames et messsieurs sauvez votre fric. C'est peut-être un grand succès en france, Will Smith a peut-être acheté les droits pour les états-unis en personne, mais ça vaut pas un clou comme film.
Après avoir fait 7 version d'un pastiche de "La grande séduction" je suis capable d'en reconnaître une mauvaise copie quand j'en voit une.
La seule raison qui justifie ce détour après avoir pris conscience de l'atrocité du film est qu'ils donnaient des casquettes de tech noires avec un logo tout aussi "atroche" pour faire référence au film. Mais une fois un peu débrodé et avec quelques patch de cousues elle seras très bien ^^ .

Ensuite nouvelle course contre la montre, on arrive juste a temps pour le feu d'artifice de la ronde sur les musiques en grandes partie de Jhon Wiliams. Alors ça, ça valait le détour. Je ne pourrai plus jamais regarder un feux d'Artifice à drummond sans le trouver misérable. Ce n'étaitpas seulement la musique, ce n'était pas seulement le quadruple de pétards en plus, ce n'était pas seulement les thèmes de couleur qui venaient avec les films, c'était aussi une corégraphie d'images mouvantes calculée à la seconde prêt pour respecter des thèmes préétablis. Tout bonnement génial.

Je crois que je me suis foulé la cheville dans la foule par contre... Elle me fait un peu mal. Mais ça iras probablement mieux demain. De toute façon pas question de perdre de mon temps de vacance dans un hôpital ou d'écourter mon séjour. Si on doit me couper la jambe a mon retour tant pis.

Après le feu on est restés et j'ai eu la chance de parler avec le type qui commente le hockey à RDS. Enfin, si je me rapelle bien c'était ça. Il nous contait comment il avait refusé de prendre en mains la coordination des olympiques en chine parce que leur système de je m'en foutisme est trop pénible. Encore une grande conversation politico-socio-culturelle, si bien que lorsqu'il m'as présenté à son chanteur d'opera avec qui je partagerai le salon ce soir, au lieu de passer par la liste de titres habituels j'ai eu droit à un :
- Phil c'est quelqu'un de très existentialistes... Mais on peut pas tout le temps être analytique de-même ou alors un jour on craque.

On verra bien.
Encore désolé si j'ai pas pu mettre à jour avant, on arrête pas de croiser de nouvelles expériences ici. j'ai pas vraiment eu le temps de tranferer les textes en ligne après les avoirs écrits. Mais question de faire court parce qu'il est tard et que Mario dort juste à côté (et que son clavier fait du bruit), je résumerais la journée en disant que j'ai rencontré plein de monde tripant, plein de choses incroyables (Majoritairement dans le bon sens), et que Gab si tu lis ce message je verrai the mist demain.

CONTENT???? lol

Sinon bah Kenny, Izz, Mel, Sam, Gaet, David... C'est juste triste de pas vous avoir pour jamer dans la rue avec moi. Vous triperiez à montréal...

Sam peut-être moins...


Et maintenant que j'y pense j'en sais rien pour David...

Est-ce que vous croyez que je souffre du truc dont parlais solange dans ces cours? Est-ce que je suis tellement heureux et tellement entouré de belles choses que la simple idée de redevenir enfermé dans ma chambre à attendre des téléphone m'est physiquement insuportable?

Restez à l'écoute!
Phil qui cuit dans la limonade sous la canicule vous reviendra boentôt pour la quatrième et avant dernière partie.... Déjà... Merde c'est fou ce que le temps passe vite.
En fait ici le temps n'est pas brisé. Le temps passe pour vrai. À drummond le temps stagne. j'ai la salle impression que quand je reviendrai vous serez encore le 9. Ou alors vous en aurrez profité pour skipper l'été du calandirer?
Au moins j'ai pris soin de pas vous laisser la bombe atomique. Vous auriez risqué de l'utilisé pour une bonne cause...

Bon ben... Moi je vais à l'hippoppotamouth alors.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Varlan
Council member
avatar

Messages : 991
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 28
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   Lun 14 Juil - 23:42

(13 Juillet 2008)
PART 5 : Rain drops are falling on my head.


Raindrops keep fallin' on my head
And just like the guy whose feet are too big for his bed
Nothin' seems to fit
Those raindrops are fallin' on my head, they keep fallin'

So I just did me some talkin' to the sun
And I said I didn't like the way he got things done
Sleepin' on the job
Those raindrops are fallin' on my head, they keep fallin'

But there's one thing I know
The blues they send to meet me won't defeat me
It won't be long till happiness steps up to greet me

Raindrops keep fallin' on my head
But that doesn't mean my eyes will soon be turnin' red
Cryin's not for me
'Cause I'm never gonna stop the rain by complainin'
Because I'm free
Nothin's worryin' me


Bon aujourd'hui pas grand chose de neuf. À vrai dire on as surement vu en ligne deux des moins bons films à l'affiche de Fantasia. Ceci dit, le troisième, "Chasing Wolrds" bien que reprenant un thème classique de la sience-fiction et se terminant sur un épilogue déphasé reste assez bon.

Vous avez déjà eu une journé ou tout semble plus lourd? Ici c'est le cas. Est-ce la température trop chaude et trop humide? En tout cas il va sans dire que Mario et moi étions à ce qu'il semblerait plus fatigués voir un peu moins excités que les autres jours. J'était resté debout assez tard pour mettre les chroniques et quant à lui son devoir l'apelle entre 5 projets différents. (Pour ceux dont il me parle, parions qu'il y en as plus... )
Quoi qu'il en soit on est finalement allé bouffer Thaï.
Si jamais vous en avez la chance prenez la soupe de coeur de bambous aigre douce. Un régal! Après on est retourné voir un film pas très bon inspiré du manga "Be a man : Samouraï school". Ce qui ne m'as en rien empêché de rester dans l'entrevue avec les acteurs qui ont volontiers reproduit quelques cascades suprenantes à l'avant.

Après comme je baillais au conreille, par respect pour le public au lieu de rester sur le site de concordia où se déroulait le festival je suis rentré à la base Alpha et j'ai finalement vu "The Mist".
GAB! C'EST POURRI!!!!
Je ne suis évidemment pas daccord avec toi quant à la fin la plus traumatisante de l'histoire du cinéma. Mais on s'en reparleras en pause sur la production et le tournage de "Frères de sang". J'espère que ça à bien avancé en mon absence parce que je suis bien décidé a mettre en application l'avis de Mario et de commencer à marquer des point un maximum.

Puis comme finalement je ne faisaia que bailler j'en ai profité pour découvrir le point d'intérêt de Mario pour la pipe et j'ai écouté quelques Sherlock Holmes. Vous saviez que dans la série orriginale la plus fidèle au livres, le célèbre détective privé est en fait un cocaïnomane???

Sinon bah retour à la maison de Mario qui faisait sa tête de déterré, mais après l'état dans lequel on venait de passer la journée je me suis dit que je devait pas vraiment avoir meilleure mine. Alors je suis partit me coucher. Question de profiter à fond de demain.

Ma cheville? Comment ma cheville? Hé bien à part quand je me fout moi même des coup de pieds elle va très bien merci...

Bon et bien on se revoir bientôt à Drummond... enfin certains d'entres vous cher lecteur.

Phil H.
Journaliste looner outcast - OUT.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Varlan
Council member
avatar

Messages : 991
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 28
Localisation : Drummondville, Qc

Personnage
Niveau: 5
Control:
16/46  (16/46)
Wounds:
37/37  (37/37)

MessageSujet: Re: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   Lun 14 Juil - 23:43

(14 Juillet 2008)
PART 6 : La fin du monde est à 7:00

La fin du monde est à sept heures

On voit les signes avant-coureurs

Les voisins ne se parlent plus

On ne rigole plus dans la rue



Retour à la normale. Non seulement je vais revoir notre bled pourri ce soir, mais en plus ici aussi les choses reprennent leurs cours. Il fait de nouveau soleil et la pression atmosphérique nous as enfin lâché les couilles. Le plus long après avoir tout ramassé sous le regard ébahi du lapin de retrouver son territoire à été de planifier ce que je fouterai de ma dernière journée au paradis... ou en enfer ça dépend à qui on parle.

Mario tenait a me faire goutter a sa famause salade au pois chiches haricots et saumon. Et lorsque je fouillerai dans vos frigos pour trouver les même ingrédient j'insisterai probablement aussi. Les discutions ne manque pas ici, j'ai revu Danny (le numero deux de montréal) aujourd'hui, alors, évidemment en plus avec Mario... Alors finalement au lieu de partir à une heure raisonable pour aller voir le china town j'ai attendu vers une heure. Comme on peut s'en douter j'était assez low on ressources quand j'ai commencé la journée... Alors pas trop de metro bien que j'ai pris la bus de la grande poire pour la première fois.
Débarqué à Berri-Uquam j'ai posé mes valises dans un casier avec apréhension et j'ai noté au passage tout les bars de dansseuse de la st-cathie avant d'arriver au Chinatown. Un endroit merveilleux mais minuscule. Surtout par rapport à la ville où il est. Il me parait évident après cette révélation que le chinatown n'as rien a voir avec les gens qui y habitent. À part des vendeurs d'herbes magiques et de thé y'as pas grand chose... À oui de joli filles qui parlent anglais avec un accent terrible et pour le français on oublie.
Et puis j'ai marché, en cherchant avec soin la toune de la chronique d'aujourd'hui sans la trouver. Chemin faisant je me suis rendu compte que je n'arriverai pas à temps à Fantasia pour voir le film de trois heures. Donc je me suis arrêté dans un HMV et j'ai trouvé loe second quest item : "The black Hole" Un vieux film qui se trouve à être le dernier avant l'ère numérique ou on as osé tenter d'atteindre la taille de star wars. (Évidement ils n'ont pas réussi leur défi, mais ça reste pas si mauvais.) Et ce qui devait arriver arriva, je me suis perdu. En fait j'ai passé trois coins de rues avant de me demander comment j'avais pu rater un immeuble de plus de 20 étages.
C'est grâce à notre super coup du téléphone de l'autre jour que j'ai songé à aborder des travailleurs d'unicef. (Bon ils m'ont adressé la parole avant mais au lieu de garder ma musique dans les oreilles et de leur répondre gentiment que si je leur donnait du fric je serai oublié de rester là à faire la quête avec eux j'ai décidé de faire une halte.) Encore une fois le coup de s'intéresser a des fonctionnaires blasé à été une expérience intéressante...

Surtout que ça m'as permis de retrouver mon chemin en même temps que Mario qui fumait tranquillement la pipe assis dans un café. Partageant ensuite pendant quelques instants des opinions partagé sur le niveau général de beauté incroyable de la ville... (De ses habitantes surtout) on voyait bien que des deux côté on trouvait que le temps allait trop vite. Un dernier film a fantaisa et déjà je dépenserai tout ce qui me restait dans le metro de retour.

Ce dernier d'ailleurs seras a revoir... Vous me pensiez fucké, attend de voir Shadow Spirits... À la limite de l'incompréhensible de la magie et du steampunk le tout avec une histoire de tueur et de boite mystique... C'est bluffant... À revoir, mais pas sans trois cafés...

La fin du monde est à sept heure... Je repartais plein de bon souvenirs et de joie de vivre après des adieux malhabiles avec un homme libre qui restait en terre de liberté.

Bon ensuite, ensuite... Rien de spécial quoi... J'avais plus un rond alors j'ai fait une croix sur les bars ou l'idée d'aller prendre une rickard red dans une micro brasserie en pensant à Kenny. Je me suis donc fatalement installé dans un fauteuil a massage et j'ai commencé à visoné The Black Hole que j'ai fini dans l'autobus juste avant qu'on ait une panne.

Et juste comme la bus de dépannage arrivait le moteur a repartit... Allez savoir pourquoi. Ça m'avait donné le temps d'aller back and forth threw my mind behin a cigarette (Plus de tabac a pipe... ) Et de rencontrer une des jumelles Boivert.
J'ignore ce qu'elle foutais là, ceci dit ça fait six jours que j'avais l'impression que j'allais rencontrer quelqu'un qui me connaissait.
Quand elle m'as dit bonjour j'ai su.

En ce moment je suis juste à côté de l'appart. J'ignore si vous dormez... dans tout les cas j'ai hâte d'entendre vos aventures à vous tous.

ET DE CONTINUER LES STARGATE!!!!!

Hum ça fait bizarre... je peut a nouveau plus regarder en haut sans avoir mal aux yeux... Je hais notre mairesse et ses règlement débiles de ville plane... Et moi qui commençais justement a avoir moins mal dans le cou...

C'était Phil H. en direct d'un autobus revenant d'une great journey.
À vous le micro Doris.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farscaperpg.keuf.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chroniques de la jungle en ferrobéton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chroniques de la jungle en ferrobéton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques du Monde émergé
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]
» Les Chroniques de krondor
» Voyage dans la jungle [CLos]
» Cachés dans la jungle [PV Tore Ae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farscape RPG :: HRP :: HRP-
Sauter vers: